Skip to main content

Explorez l’étrange et merveilleuse cuisine Norvégienne

Aurez-vous le cran de goûter à notre curieuse cuisine ?

Les plats norvégiens ne sont pas réputés pour leur piquant et leurs couleurs. Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils sont insipides.

Poisson puissant, fromage granuleux et pièces de viande insolites : voici des mets que, à votre insu, vous avez toujours voulu manger.

Mais commençons par le commencement : impossible de parler de cuisine norvégienne sans évoquer les poissons et fruits de mer. Et ceux-ci ne se limitent pas au saumon et au cabillaud.

Prenons par exemple le stockfisch, que nous appelons ici tørrfisk. Son odeur n’est pas des plus plaisante, mais elle a rapporté gros. C’est que, voyez-vous, la Norvège s’est construite sur le poisson.

Le skrei (cabillaud) sèche au vent et au soleil, sans salage préalable, sur de gigantesques séchoirs en bois dans les Lofoten et d'autres régions de Norvège du Nord.

On peut le déguster grillé, cuit au four ou mijoté. Sec et tranché, le tørrfisk est également prisé comme encas bourré de bienfaits – et les chiens en raffolent !

Envie de quelque chose de plus costaud ?

Essayez le lutefisk.

Personne ne sait vraiment comment l’idée a germé, mais le lutefisk est un stockfisch qui a trempé dans une solution contenant de la soude. Oui, oui, de la soude ! Comme dans les piles et le savon.

Dis comme ça, ça n’a peut-être pas l’air terrible, mais le lutefisk est en fait un mets très prisé au menu de Noël, accompagné de dés de bacon et d'aquavit.

Voilà qui semble plutôt inoffensif,
 n’est-ce pas ? Ça se discute.

Nos très vieilles traditions fromagères ne manquent pas de punch ! Comme le gamalost (qui ressemble à du pain) ou le pultost (qui ressemble à du risotto).

Ils sont fabriqués à base de lait écrémé fermenté, ce qui vous donne une première indication de leur vigueur.

Depuis quelques années, la Norvège fait sa révolution en matière de fromage et nous livre quelques savoureuses créations, comme le Kraftkar, un fromage primé à pâte persillée.

Enfin, au risque de paraître mièvre, ne quittez pas la Norvège sans avoir goûté à notre cher fromage à pâte brune. Un vrai trésor national.

Alors, devinerez-vous ce qui se prépare dans cette cabane ?

Ne vous prenez pas la tête, vous ne trouverez jamais. Enfin...

En parlant de tête...

Le smalahove (tête de mouton) est une tradition ancestrale qui reste vivace, surtout en Norvège des Fjords.

Nous savons que cela peut paraître étrange. Même le coriace Gordon Ramsay s’est prêté à la dégustation, lors de sa venue à Voss.

P.S : bien sûr, comme rien ne se perd dans le mouton, d'autres parties, plus... intimes, sont également au menu de certains restaurants.

Si tout cela vous semble indigeste, optez tout simplement pour notre ragoût d'agneau, le fårikål.

D’humeur festive ? Les pinnekjøtt, côtes d'agneau salées et séchées, sont au menu de Noël en Norvège.

Les boulettes sont également au nombre des grandes traditions culinaires norvégiennes. Selon la région où vous vous trouvez, nos boulettes de pommes de terre portent des noms différents.

Si vous allez au restaurant en Norvège des Fjords ou en Norvège du Sud, restez à l'affût des raspeball, ball, potetball ou komle. C’est tellement bon – surtout avec du bacon et un verre de lait.

Maintenant, passons aux choses sérieuses ! Le gibier norvégien est succulent et, dans la culture samie, le renne est presque intégralement consommé.

Y compris le cœur, souvent fumé ou séché.

Les amateurs de cuisine seront comblés par les fabuleux mets que leur réserve la cuisine arctique.

Peut-être vous laisserez-vous tenté par la version norvégienne des chicken nuggets ?

En l’occurrence nos beignets de langue de morue, qui sont d'une grande finesse.

Vient ensuite le poisson fermenté.

Voici un nouvel exemple de la créativité dont faisaient preuve nos ancêtres norvégiens, à l'époque où la conservation des aliments était primordiale.

Le rakfisk, de la truite fermentée, possède même son festival : le Rakfiskfestival.

Certains poissons peuvent se conserver fermentés pendant plusieurs années, sang et viscères compris !

Lorsqu’on prépare le gammelsaltasei (littéralement vieux lieu noir salé), on ne vide pas le poisson avant de démarrer la fermentation.

Si le poisson fermenté vous semble au-dessus de vos forces, essayez le gravlaks à la place.

Il s'agit de saumon salé non fermenté, dont le goût est plus doux.

Et puis, nous avons encore une autre manie : les œufs de morue frits ou fumés.

Notre préféré, ce sont les œufs de morue fumés en tube, le kaviar.

Même si le caviar norvégien n’est pas aussi chic que le caviar de béluga, nous l’aimons passionnément. Lors de votre prochain petit-déjeuner à l'hôtel, essayez-le sur une tranche de pain, par exemple avec un œuf dur.

Souvent qualifié d’« argent de la mer », le hareng est une source de revenus essentielle dans de nombreux pays.

En Norvège, plusieurs festivals lui sont consacrés à travers le pays.

Il est tout spécialement apprécié mariné au vinaigre ! Certains vont même jusqu'à concocter des marinades spéciales pour Noël.

Parmi les autres trésors de la mer, citons les oursins, l’huile de foie de morue, les algues et la cervelle d'églefin.

Apprenez à cuisiner à la mode norvégienne ! Testez nos délicieuses recettes !

Le livre de la cuisine norvégienne

Témoignages sur nos étranges mets

Smalahovepinnekjøttlutefisk et raspeball : Gordon Ramsay explore la cuisine norvégienne et l’ambassade américaine à Oslo découvre nos plats traditionnels de Noël.

Itinéraires gourmands en Norvège

Restaurants étoilés Michelin ou cafés pleins de charme : trouvez votre table idéale à l'aide du menu.

Pages consultées récemment