Dynamic Variation:
Offers
x

There was not an exact match for the language you toggled to. You have been redirected to the nearest matching page within this section.

Choose Language
Toggling to another language will take you to the matching page or nearest matching page within that selection.
Search & Book Sponsored Links
Search
or search all of Norway
Chefs garnishing raw tastes of autumn in the kitchen at the Umami restaurant in Harstad, Norway
Umami restaurant, Harstad.
Photo: Benjamin A. Ward / Visitnorway.com
Campaign
Course
Event
Partner
Media
Meetings
Travel Trade

Homard, agneau et élan. Les légumes racines ont pris tout leur temps pour pousser, s’imprégnant lentement des doux parfums de la terre. L’automne, c’est la saison de la chasse et de la cueillette, le moment où les forêts abondent en baies, champignons et gibier.

On peut identifier chaque saison à des saveurs et des parfums particuliers.

Tandis que le printemps et l’été sont idéaux pour s'adonner à une cuisine pleine de fraîcheur et de légèreté, celle-ci cède la place à des plats plus riches, plus goûteux, souvent longuement mitonnés, à la période où les journées raccourcissent.

Smalhans, Oslo
Smalhans, Oslo.
Photo: Benjamin A. Ward / Visitnorway.com

Le homard, les pommes et le cerf

À Stavanger, sur la côte Ouest, le chef Sven Erik Renaa est propriétaire du Re-Naa – l'un des cinq restaurants norvégiens étoilés Michelin.

Ce virtuose culinaire cultive ses propres traditions automnales, nourries des produits qu'il affectionne.

Svein Erik Renaa
Svein Erik Renaa.
Photo: Tom Haga / Renaa Restauranter

« De nombreux ingrédients me viennent à l’esprit, explique-t-il, mais au tout début de la saison, ce sont évidemment les champignons qui priment – suivis, dès le mois d'octobre, par le homard. Le changement de saison, en septembre, s'accompagne de l’apparition sur les tables de nombreux légumes-racines. Les couleurs de la nature sont également une source d'inspiration. »

Le menu, chez Re-Naa, est toujours en accord avec la saison. « Cet automne ne fait pas exception », déclare Sven Erik Renaa.

« Le cerf, le gibier, figurent en bonne place sur nos menus à compter de septembre. Quant à nos desserts, ils incorporent les pommes, les poires et les baies, délicieuses en cette saison. »

Des saveurs plus marquées

La plupart des traditions culinaires norvégiennes ont de profondes racines liées à la chasse, la paysannerie et la pêche. La saison du homard dure d'octobre à Noël, tout comme la truite de mer et le crabe de Norvège du Nord, autres butins des mers qui ornent les tables à cette période.

La saison de la chasse remplit les garde-manger en viande de renne, d'élan, de cerf et de coq de bruyère – chacun de ces mets raffinés emprunts d'un goût de nature.

Steigen, Nordland
Steigen, Nordland.
Photo: Christian Roth Christensen / Visitnorway.com

L'autre grand produit de saison est l’agneau – non seulement constitue-t-il l’ingrédient principal du plat national, le fårikål, mais il incarne également ce « cuisiner lent » si caractéristique de l’automne.

À Re-Naa, Sven Erik est sensible aux variations saisonnières dans la cuisine.

« Nous modifions légèrement notre manière de faire en automne. Lorsque le temps se rafraîchit, le corps a besoin de plus d'énergie, d’où une cuisine plus riche en matières grasses. Pour résumer, le goût est plus généreux. »

Skarvheimen, Buskerud
Skarvheimen, Buskerud.
Photo: Thomas Rasmus Skaug / Visitnorway.com

Remplir son panier dans les bois

L'automne, c’est aussi le temps de la cueillette, qui incite de nombreux Norvégiens à musarder dehors, en quête de fruits, baies, champignons et palourdes, pour le simple plaisir de crapahuter en pleine nature.

Pour conserver les récoltes, plusieurs options s'offrent au promeneur : sécher, mettre en conserve, fermenter et congeler. Dans les vergers, les pommes sont fin prêtes pour les confitures ou les tartes.

Steigen, Nordland
Steigen, Nordland.
Photo: Christian Roth Christensen / Visitnorway.com

Sven Erik Renaa aime aller cueillir lui-même ses produits, en particulier les champignons. Toutefois, le chef admet que le temps lui fait défaut pour s'adonner régulièrement à cette activité.

« J’essaie de m’échapper dès que je peux, mais évidemment, pour le restaurant, je dois me fournir à l’extérieur. Je connais un retraité, dans les environs, qui nous approvisionne abondamment en champignons. Nous lui achetons tout ce qu’il nous apporte. Après tout, c’est un moyen de subsistance comme un autre, que nous souhaitons préserver. »

Vous avez encore faim ?

Recommandations de nos sponsors

Voici une sélection de tour-opérateurs qui travaillent dur pour vous rendre heureux pendant votre voyage.

Des aliments et des boissons de saison

Vous ne savez pas où manger ? Trouvez ci-dessous.

×
Your Recently Viewed Pages

Retour en haut de page