Skip to main content

La nouvelle maison des arts norvégienne

Le Musée national de Norvège a vu le jour en 2003, année où fusionnèrent la Galerie nationale, le musée d’Art et de design, le musée d’Architecture et le musée d’Art contemporain. Il a fallu plus d’une année pour déménager plus de 400 000 pièces dans ce nouveau site, qui a ouvert en 2022.

Plus de 6 500 œuvres d’art seront exposées dans les immenses salles (plus de 90) du nouveau musée. Le premier niveau du musée présentera une collection d’objets décoratifs et d’artisanat de l’Antiquité à aujourd’hui, tandis que le second niveau sera consacré à l’art contemporain. Le dernier niveau, et non des moindres, appelé Light Hall (galerie de la Lumière), offrira un cadre lumineux exceptionnel pour la tenue d’expositions temporaires.

Si vous avez l’intention de tout voir, prévoyez le temps nécessaire ! 

Des artistes de renommée internationale

Le musée possède des œuvres dues aux plus grands noms de l’histoire de l’art, de Norvège et d’ailleurs. Une pièce entière est consacrée aux œuvres de l’un des plus célèbres peintres modernistes norvégiens, Edvard Munch.

Vous pourrez admirer ici des œuvres iconiques, notamment Le Cri (Skriket en norvégien) et La Madone. Parmi les autres peintres norvégiens connus, on trouve des peintres naturalistes et romantiques comme Adolph Tidemand, Hans Gude, Christian Krogh, Theodor Kittelsen, Harald Sohlberg et Thomas Fearnley.

Il y a également des œuvres de grands noms de l’art international – entre autres Pablo Picasso, Vincent Van Gogh, Paul Gauguin et Henri Matisse.

Des œuvres contemporaines seront également exposées : Ingerid Kuiters, Daisuke Kosugi, Ilavenil Vasuky Jayapalan pour commencer, auxquels succèderont bien d’autres artistes.

Mais les tableaux ne sont pas les uniques centres d’intérêt du musée. Parmi ses pièces exceptionnelles, citons la tapisserie de Baldishol tissée entre 1040 et 1190, ainsi qu’un vase à décor de dragon de la dynastie Ming, vieux de 600 ans.

Travail de restauration

Les pièces d’un musée sont souvent fragiles et peuvent être aisément endommagées, ne serait-ce que par des facteurs environnementaux tels que la lumière. C’est pourquoi le musée a installé un éclairage spécial, individuellement adapté à chaque espace.

« Les technologies d’éclairage artificiel nous permettent de régler la lumière avec précision pour ne pas endommager les œuvres. Certaines pièces et certains tableaux nécessitent même d’être régulièrement retirés et mis au repos pendant quelque temps », explique la chargée de communication Hanne Marie Willoch.

Ainsi, poursuit-elle, dans le cadre du déménagement, le fonds a bénéficié d’un important travail de restauration.

« Par exemple, tous les tableaux ont subi un check-up avant leur accrochage dans le nouveau musée. Certains ont même été nettoyés, centimètre par centimètre, à l’aide de petits tampons qui ont ramassé poussières et saletés ! Autrefois, on pouvait fumer à l’intérieur de la galerie Nationale, et de nombreux tableaux ont été exposés aux fumées de cigarette, vapeurs de parfum et autres polluants », précise Hanne Marie Willoch.

Des fossiles vieux de 240 millions d’années

Lors du choix des matériaux de construction, l’architecte a décidé d’utiliser des matériaux purs et robustes qui vieilliraient bien, tels le chêne, le bronze, le marbre et l’ardoise. Par endroits, une pierre calcaire blanche très rare, importée de France, a même été utilisée pour le sol. Le plus impressionnant, ce sont sans doute les nombreux petits fossiles incrustés dans la pierre, qui ont entre 230 et 240 millions d’années !

L’un des plus grands d’entre eux (quoique, reconnaissons-le, de taille plutôt modeste) est un échinoderme qui a été découvert lors de la pose du sol. On peut le voir au pied de l’escalier qui conduit au Light Hall. Combien de trésors cachés parviendrez-vous à découvrir ?

Un bâtiment vivant

Le Musée national est un projet modèle du programme FutureBuilt, qui fixe des exigences environnementales très strictes. Entre autres, le bâtiment doit respecter une norme énergétique équivalente à celle des maisons passives.

Le Musée national est si vaste qu'il vous faudra probablement toute une journée (voire plus !) pour en explorer toutes les salles. Une pause sera donc la bienvenue. Le Bolle Bar, au centre du bâtiment, vous propose une excellente restauration inspirée des traditions culinaires norvégiennes ainsi que, comme le suggère son nom, les meilleurs petits pains au lait de la capitale.

En été, on peut déguster de délicieuses crevettes et autres plats sur le toit-terrasse donnant sur le port et le quartier de l'hôtel de ville.

Profitez d'offres à ne pas manquer

Voici une sélection de tour-opérateurs qui se dépensent sans compter pour sublimer votre voyage.

Pages consultées récemment