Dynamic Variation:
Book
Choose Language
Search & Book
Search
or search all of Norway
Jonathan Brown Jonathan Brown
Credits
Jonathan Brown.
Photo: CH
Campaign
Partner
Media
Meetings
Travel Trade

À des milliers de kilomètres de chez lui, un top producteur américain enregistre les bruits qu’il capture dans la nuit calme de l'Arctique, sous les aurores boréales. C'est sa musique pour la Norvège.

Texte : Mikael Lunde

Ad

Défié de redécouvrir les rythmes de la nature dans le nord norvégien

« Elles sont plus lentes que je le pensais », dit Jonathan Brown. Il est minuit passé, l'écrivain et producteur de musique admire des splendides aurores.

Sur une toile de fond noire illimitée, elles brillent, indéfinies, douces et vives - comme les coups de pinceau d'un peintre ému.

La neige est épaisse. Le silence l'est encore plus. Nous sommes à environ 400 kilomètres au nord du cercle polaire arctique, dans les collines du Finnmark, près d'Alta.

En été, le soleil ne se couche jamais ici. En ce moment, c'est la pleine lune qui a pris la relève. Une brize d'hiver gelée pince délicatement nos joues.

John BrownPhoto: CH

Des mondes différents

Quelques semaines plus tôt, le musicien de 34 ans jouait dans son environnement natal. Nous ne sommes qu'en février, mais dans la métropole animée de Los Angeles, les températures dépassent déjà les 30 ° C.

Producteur de musique, écrivain et double nominé aux Grammy Awards, Brown a travaillé avec des artistes tels que Pink, Eminem et The Black Eyed Peas.

Aujourd'hui, plutôt que de travailler avec des pop stars, il affronte un tout autre genre de défi. Il va travailler avec les sons et les ambiances de la Norvège du Nord – enregistrer la nature, la culture et les traditions répandues dans la région.

Découvrir, ou redécouvrir

Certains sons et rythmes de la région sont anciens : les aurores, les vagues et le vent de la côte, avec même les pêcheurs et leurs prises, sans oublier les aigles de mer planant au-dessus de leurs têtes. Les pêcheurs se sont installés ici il y a plusieurs millénaires, pour scruter ces eaux froides, quoique généralement sans glace.

Quand on y réfléchit une seconde, on remarque qu'il y avait des rythmes et des cycles puissants dans la nature, bien avant que l'homme ne s'installe ici et s'en inspire. Si l’on met la musique moderne et l'ordinateur portable de côté, tout cet univers se laisse redécouvrir. Voilà, en gros, ce que Jonathan Brown est venu faire ici.

En racontant cette nuit sous les aurores boréales, Brown dit : « La vitesse à laquelle elle bougeait était encore plus lente. Dès que j'ai remarqué la façon dont la lumière a pulsé, je me suis dit : ok, maintenant je sais. C'était presque comme un tempo auquel je pouvais m'accorder, que je pouvais entendre dans ma tête. »

Si vous faites attention, vous entendrez ce beat pulser dans sa Musique pour la Norvège. Vous pouvez l'écouter dans le film ci-dessous, qui raconte le voyage de Brown, avec sa musique comme bande sonore.

Outre ce film, les séquences vidéo - avec la musique qui s'en inspirent - sont également présentées en une série de vidéos sur l'hiver arctique en Norvège du Nord.

Simplicité et sérénité

À l’heure où même les endroits les plus reculés de Norvège disposent des commodités modernes, et sont reliés au monde extérieur, il y toujours de nombreux grands espaces de nature qui demeurent intactes. Si vous pouvez redécouvrir les rythmes et les sons de la nature, vous pouvez aussi choisir de vous déconnecter.

Dans le Nord, l'agitation de la vie quotidienne paraît lointaine. Comme dirait Brown : « Il y a beaucoup de paix. »

La musique y devient volontairement simple et paisible, mais reste puissante et sublime.

Montez le son - de préférence avec de bons écouteurs - et immergez-vous dans le voyage de Brown avec le court métrage ci-dessous.

 

Your Recently Viewed Pages
Ad
Ad
Ad
Ad