Dynamic Variation:
Norway Now
Choose Language
Norway Now
This social element is not currently supported on the China site. This warning will not show on the front end.
Search
Langahorgi, Voss Langahorgi, Voss
Credits
Langahorgi, Voss.
Photo: Tadas Dziautas / visitnorway.com
Campaign
Partner
Ad

Le mode de vie norvégien

Lieberté, egalité, et… des gauffres ! Les habitudes alimentaires et le mode de vie traditionnel de chez nous, aux fins fonds de l’Europe, peuvent parfois sembler, pour le moins étranges. Nous espérons que cet abécédaire vous aidera à comprendre certaines curiosités. 

Petit abécédaire de l’art de vivre norvégien

Allemannsretten

Parcourir à pied les espaces non cultivés est non seulement un droit, mais c’est aussi un loisir fortement encouragé car « (…) sain, bénéfique à l’environnement et au bien-être de l’individu. » Il s’agit là d’une citation tout ce qu’il y a de plus officielle, tirée de la Loi sur les loisirs de plein air (ou « Allemannsretten »), qui a été votée en 1957.

Pour en savoir, lisez notre article sur le droit d'accès à la nature.

Basehopping

Semblable au base jumping. Autant l’admettre : les montagnes norvégiennes ne sont pas extrêmement élevées… et pourtant, avec leurs pics neigeux plantés dans l’océan et des parois pouvant atteindre jusqu’à 1 000 m, elles donnent sacrément  le vertige ! Bref, elles offrent des spots de renommée mondiale pour les sports extrêmes comme le base jumping. S’il fallait encore vous en convaincre, regardez cette vidéo à 360 °.

Cocktail

Les cocktails ont la cote en Norvège. Un bar à cocktails norvégien vient même d’ouvrir à Tokyo. Pourtant, quand ils sortent, les Norvégiens sont plus portés sur la bière, d’autant que les microbrasseries fleurissent un peu partout dans le pays et que l’on dispose désormais d’un choix extraordinaire de marques et de saveurs.

Dugnad

Quand il faut passer à l’action en Norvège, on fait appel au dugnad. Ce mot désigne tout rassemblement de bénévoles en vue d’accomplir une tâche, et l’esprit qui les anime.

Energi

L’énergie est la source numéro un de revenus en Norvège. À la fin des années 60, celle-ci découvrit d’importants gisements de pétrole au large de ses côtes. Faisant preuve d’une certaine sagesse, nos élus en distribuèrent les revenus et dotèrent le pays de services sociaux et d’un système de soins inégalés, instaurèrent un salaire minimum honnête et des horaires de travail raisonnables. Pour toutes ces raisons, la Norvège figure parmi les pays où l’on vit le mieux.

Fårikål

Si on devait citer un plat emblématique de la Norvège, ce serait le fårikål – littéralement, « mouton aux choux ». L’automne arrivant, il est d’usage de préparer un ragoût de mouton ou d’agneau, mitonné avec du chou et des grains de poivre entiers, et accompagné de pommes de terre.

Geitost

Tout ce qui se mange avec du pain, en Norvège, se nomme pålegg. Le pålegg le plus populaire, celui qui est le plus ancré dans notre identité, c’est un fromage brun à base de petit-lait, et en particulier de petit-lait de chèvre (geitost). Il a un goût de caramel prononcé. Essayez-le.

Hjerteformede vafler

C’est ainsi que l’on désigne les gaufres en forme de cœur – que tout Norvégien rendant visite à sa grand-mère s’attend à trouver sur la table. Cette spécialité sucrée est le liant social que l’on partage après la messe, au marché aux puces ou lors d’une visite chez les voisins. Les gaufres norvégiennes sont moelleuses et en forme de cœur. Inutile de chercher ici la version carrée, elle n’existe pas.

Ideologi

Après la Seconde Guerre mondiale, le parti travailliste social-démocrate joua un rôle clé dans la reconstruction de la Norvège, accordant la priorité aux droits des travailleurs. Aujourd’hui, les Norvégiens ont en général des journées de travail courtes, mais hommes et femmes ont tous deux une vie professionnelle. Il s’agit d’une structure horizontale, c’est-à-dire qu’un patron déjeunera avec ses employés ou qu’un homme ou une femme politique se rendra au bureau à bicyclette. Une particularité qui remplit de fierté la plupart des Norvégiens.

Janteloven

« Ne vas pas t’imaginer que tu as quelque chose de spécial ou que tu vaux mieux que les autres ». C’est, en gros, le message de « La loi de Jante », rédigée par l’auteur norvégien Aksel Sandemose en 1933 – exprimant ainsi la loi tacite des pays scandinaves qui réduit au minimum la place de l’expression et des réalisations personnelles. De nos jours, cette loi est souvent remise en question.

Kos

Ce mot veut dire rester au chaud / se blottir / être dans un endroit douillet. Le kos est un concept indispensable pour bien comprendre la mentalité norvégienne. La météo, souvent rigoureuse, nous oblige à bichonner nos intérieurs pour s’y sentir bien : feu de cheminée, pâtisseries maison et bougies. C’est ça, le kos.

Lavvo

Proche du tipi des indiens d’Amérique, le lavvo est la tente traditionnelle des Samis. Ces derniers, qui sont un peuple nomade, l’utilisent toujours lorsqu’ils suivent leurs gigantesques troupeaux de rennes à travers le plateau du Finnmark, tout au nord du pays, pendant l’hiver.

Metal

Tout comme les énergies fossiles et le poisson, il s’agit de l’un de nos tout premiers produits d’exportation. Ils sont à l’image de nos hivers froids et sombres – très sombres. Il est ici question du Metal norvégien. Les groupes influents de la première heure, tels Empreror, Mayhem, Burzum, Gorgoroth, Enslaved et Darkthrone ont ouvert la voie à ce qui reste un courant important de la culture underground norvégienne et de la scène musicale.

Nerder

Le « nerd » (cousin du « geek »). Notre héritage viking nous aurait-il prédestinés au genre de la fantaisie ? Toujours est-il qu’en Norvège, des files d’elfes et de hobbits se sont formées devant les cinémas plusieurs semaines avant la sortie du Seigneur des anneaux, au début des années 2000. Aujourd’hui, les fans de tous poils forment de multiples sous-courants culturels : du gaming au cosplaying, en passant par le metal viking.

Ovale weekends

Les Norvégiens sont très amateurs des week-ends ovales, c’est-à-dire longs, qui sont le prétexte à passer quelques jours dans un chalet de montagne. À la première occasion de vendredi férié (sans parler des ponts), il est tout à fait normal de battre le rappel de la famille, entasser nourriture et bûches dans le coffre de sa voiture et de prendre le chemin des sommets.

 

Pride-festivaler

Au cours des dernières décennies, la reconnaissance des gays et des lesbiennes et de l’égalité de leurs droits a beaucoup progressé, et le mariage entre personnes du même sexe est autorisé depuis 2009. Chaque été, plusieurs villes norvégiennes organisent des festivals Pride, qui mettent l’accent sur les droits LGBT.

Quisling

Le mot quisling évoque une page sombre de notre histoire et désigne en fait un collabo. Il provient du nom du chef du gouvernement norvégien Vidkun Quisling, qui prêta assistance à l’Allemagne nazie pendant l’occupation du pays de 1940 à 1945.

Raspeball

Le raspeball, également nommé klubb, raspekake, komle, kløbb, kumle, kompe, kump(e), potetball, klot ou ball, est un plat traditionnel aux noms aussi variés qu’il y a de façons de le préparer – même si, à la base, il s’agit tout simplement de boulettes de pomme de terre. Si vous séjournez chez un Norvégien, que ce soit au sud, sur la côte ou au centre du pays, vous aurez de fortes chances d’y goûter.

Ski

« C’est une seconde nature. » Le ski en Norvège couvre une grande variété de styles, mais la majorité des Norvégiens connaît au moins le langrenn ou ski nordique. C’est un sport plutôt accessible, puisque la plupart des pistes sont publiques et gratuites.

Tur

Quand les Norvégiens se sentent grognons ou rouillés, ils sortent faire une petite balade. Le tour du quartier peut très bien faire l’affaire, mais en réalité, ce qu’ils préfèrent, ce sont les forêts. S’il n’y a pas de forêt dans les environs, on peut éventuellement se contenter de la colline ou de la montagne la plus proche. Au fait, les Norvégiens vous paraîtront sans doute beaucoup plus grognons en automne ou en hiver. C’est le symptôme d’un manque de soleil, et d’un manque de tur.

Ullevaal Stadion

Si les Norvégiens sont particulièrement fiers de leurs performances en sports d’hiver (sans doute parce que c’est là où nous décrochons le plus de médailles), le football reste tout de même le sport le plus suivi et le plus populaire du pays. Le stade d’Ullevaal à Oslo (28 000 places assises), résidence de l’équipe nationale, accueille chaque année la finale de la coupe de Norvège.

Voss ekstremsportveko

La Semaine des sports extrêmes qui se déroule chaque année dans le petit village de Voss est le grand événement attendu de tous les accros à l’adrénaline du monde. Voss concentre montagnes, glaciers, rapides, falaises et lacs. Pendant le « Veko » (surnom local de l’événement), vous pourrez donc voir du base jumping, du kayak en eaux vives, du mountain biking, du kitesurfing, du parapente et toutes sortes d’exploits réjouissants pour les casse-cou.

Wergeland, Henrik

Il s’agit d’un auteur norvégien (1808-1845), à qui l’on attribue souvent la paternité du 17 mai, le jour de la fête nationale. Ce jour-là, en 1814, fut signée la Constitution qui allait permettre à la Norvège d’accéder à l’indépendance, après 400 années d’ « unions » (tout d’abord avec le Danemark, puis avec la Suède). Cette journée est marquée par de grandes festivités célébrant la joie de vivre et d’être ensemble. Une expérience qui vaut la peine d’être vécu, même pour les visiteurs.

X Games

La première compétition X Games de Norvège a eu lieu à Oslo en 2015. La ville se vante d’être la « capitale mondiale des sports d’hiver » et les politiques ambitionnent de faire d’Oslo « le plus grand concentré de culture et de sports du monde ».

Yggdrasil

Dans la mythologie nordique, Yggdrasil est « l’arbre de la vie » qui relie la terre et le ciel. Si l’on associe souvent la culture viking au pillage et à la violence, on omet certaines facettes plus harmonieuses et les véritables enseignements à tirer de leurs expériences et de leur vision du monde. De nos jours, cette part de notre héritage national éveille la curiosité de nombreux Norvégiens.

Znort (Frank Znort Quartet)

En Norvège, la sortie hebdomadaire classique se termine le samedi soir. Seuls les plus coriaces continuent à faire la fête le lendemain. C’est pourquoi le groupe de jazz/punk Frank Znort Quartet, qui joue vaille que vaille tous les dimanches depuis 1998, s’est forgé une solide réputation de pur et dur. Rendez-vous au Blå à Oslo pour chasser le fameux « blues du lundi ».

Pour connaître la Norvège

En savoir plus

Your Recently Viewed Pages
Ad
Ad
Ad